Stratégie envers les aidants : ma question au gouvernement

Mercredi 23 octobre 2019, nous avons pu accueillir chez nous à Chamarande le Premier ministre, Agnès Buzyn et Sophie Cluzel pour présenter la stratégie « Agir pour les aidants. »

La stratégie a pour objectif de reconnaître le rôle des aidants dans notre société, facilité leur vie, soutenir ceux qui sont particulièrement en difficulté.


400 millions d’euros seront débloqués sur la période 2020-2022 pour mettre en place ce plan.


Dans la suite de cette annonce et en conclusion des mois de travaux menés avec les différents acteurs, j’ai tenu à interpeller le gouvernement dans l’hémicycle sur cette réflexion et cette nouvelle politique publique. Voici ma question :


Ma question s’adresse à Madame la secrétaire d’État Sophie Cluzel.
10 millions, c’est environ le nombre de Français qui s’occupent chaque jour d’un proche en situation de dépendance que ce soit à cause de l’âge, de la maladie ou d’un handicap. Ils doivent parfois interrompre leur activité professionnelle, changer leurs priorités pour placer les besoins d’un enfant, d’un papa, d’une soeur fragilisée avant les projets qu’ils avaient pu construire pour eux même.
10 millions de personnes qui à travers ce qu’ils appellent aux même des actes d’amour aident non seulement un proche mais aussi la société toute entière. Nous les appelons les aidants. Ce qu’ils accomplissent à une valeur inestimable pour l’ensemble de notre société et pourtant ils ne bénéficiaient jusqu’à présent d’aucune reconnaissance ou soutien à la hauteur de la richesse humaine qu’ils représentent .
La semaine dernière, accompagnée du Premier ministre et de la ministre de la Santé, vous étiez présente sur ma circonscription, au domaine de Chamarande, pour officialiser le lancement de la Stratégie : « Agir pour les Aidants ».
Comme l’association JADE que vous avez rencontrée, de nombreuses associations tentent d’apporter soutien et reconnaissance à ces proches aidants. Mais aucune politique publique n’a jamais été spécifiquement dédiée aux proches aidants. Ils sont restés bien trop longtemps des invisibles de notre société.
Et aujourd’hui, le gouvernement a su faire preuve d’écoute et a su construire avec les associations, les professionnels, les parlementaires de la majorité mais aussi de l’opposition un ensemble de mesures pour reconnaître et soutenir le quotidien de ces hommes et femmes/
Nous élus de la nation, de devons nous assurer que les besoins de tous soient respectés et que ceux qui le permettent soient accompagnés.
Pour reprendre vos mots, monsieur le Premier Ministre : “aidons ceux qui aident”.
Avec ce plan, nous repensons un peu plus le modèle social d'accompagnement de la dépendance.
Madame la secrétaire d'État, pouvez-vous nous détailler concrètement les différents objectifs et mesures poursuivis par cette stratégie "Agir pour les Aidants".
Je vous remercie.

A l’issue de cette question voici pour rappel, la colonne vertébrale de la stratégie que nous avons construite pour la première politique publique sur les aidants :


Rompre l’isolement des proches aidants et les soutenir au quotidien dans leur rôle :

  • Mise en place d’un numéro téléphonique national de soutien des proches aidants dès 2020 et d’une plateforme numérique « Je réponds aux aidants » d’ici 2022. Il faut que l'information circule mieux et qu'elle soit plus complète, c'est le sens de cette plateforme et de ce numéro que nous voulons généraliser partout en France pour aider les aidants.

Ouvrir de nouveaux droits sociaux aux proches aidants et faciliter leurs démarches administratives :

  • Création d’un congé proches-aidants qui sera indemnisé et sera pris en compte dans le calcul de la retraite dès 2020 (mesure présente dans le PLFSS pour 2020).

Permettre aux aidants de concilier vie personnelle et vie professionnelle :

  • Le soutien aux proches aidants sera inscrit parmi les thèmes de la négociation obligatoire des entreprises (au titre de la responsabilité sociale et environnementale des entreprises) dès 2020.

Accroître et diversifier les solutions de répit :

  • Lancement d’un plan national de renforcement et de diversification des solutions de répit doté d’un financement supplémentaire de 105 millions d’euros sur la période 2020-2022.

  • Il y a aujourd'hui un certain nombre de structures qui existent qui permettent aux aidants d'avoir ce répit mais nous voulons les développer.

Agir pour la santé des proches aidants :

  • Instauration d’un « réflexe proches aidants » dès 2020 chez les professionnels de santé ou d’accompagnement.

Epauler les jeunes aidants :

  • Sensibilisation des personnels de l’Education nationale et aménagement des rythmes d’études pour les étudiants aidants, dès la fin 2019.

Enfin, au-delà des 6 priorités dégagées par la majorité, la stratégie nationale utilisera tous les leviers disponibles afin de mobiliser la société sur les proches-aidants et ainsi poser les fondations d’une société solidaire et bienveillante à leur égard.

L’objectif, c'est de changer le regard de la société sur ceux qui aident, c'est de faire en sorte que ce choix ou ce devoir puisse être regardé par la société comme quelque chose de positif, quelque chose qui doit être pris en compte.




Fonctions à l'Assemblée Nationale

Membre de la commission des Affaires Sociales

Membre de la Délégation des Droits des Femmes et à l'égalité des chances entre les hommes et les femmes

Membre du groupe d’étude parlementaire sur l'Autisme

Membre du groupe d’étude parlementaire sur les Discriminations et LGBTQI-phobies dans le monde

Membre du groupe d’étude parlementaire sur les droits de l’enfant et protection de la jeunesse

Membre du groupe d’étude parlementaire sur les gens du voyage

Membre du comité de suivi de l’agence française de l’adoption et de la commission DETR de l’Essonne

Membre du groupe d’amitié parlementaire France-Brésil

Membre du groupe d’amitié parlementaire France-Portugal

Laëtitia Romeiro Dias

Députée de l'Essonne - Troisième Circonscription
  • Gris Facebook Icône
  • Gris Twitter Icon