Soutien aux commerçants de notre territoire

Cette crise sanitaire s’inscrit malheureusement dans la durée et si personne n’est épargné, certains secteurs économiques sont plus touchés que d’autres et il nous faut renforcer notre soutien.

Si les indicateurs sanitaires ne nous permettent pas d’envisager la réouverture immédiate des magasins, l’État déploie des mesures de soutien aux entreprises sans précédent et sans comparaison avec les autres pays d’Europe (voir récapitulatif dans l’encadré ci-dessous).

Écouter, relayer, faciliter, soutenir est aussi ma priorité depuis plusieurs semaines sur les différentes communes de ma circonscription.

J’avais déjà pris des initiatives avec les cafetiers et restaurateurs pendant le couvre-feu.


Réunion autour des cafetiers et restaurateurs du territoire


Mais après l’annonce du confinement, j’ai intensifié mon soutien à tous nos commerçants, réunissant les associations de commerçants de la circonscription pour échanger sur leurs craintes, leurs difficultés, mais aussi apporter un soutien opérationnel.

Bien entendu, le souhait de chacun est la réouverture la plus rapide possible, car personne ne se satisfait des aides et nos commerçants souhaiteraient juste pouvoir vivre du fruit de leur travail.

Tous d’accord sur ce point, il fallait quand même s’organiser en attendant ces réouvertures qui ne dépendent que d’une chose : la courbe sanitaire.

Nous avons donc élargi notre réflexion : en dehors même de la crise sanitaire, le secteur du commerce est en profonde mutation et nous faisons tous le constat d’une grande difficulté du commerce local depuis des années, difficultés accélérées par la crise sanitaire.

Il est donc urgent d’accompagner la transformation de nos commerces vers les nouveaux modes de consommation sous peine de les voir disparaître (COVID ou non). Dans ce contexte de crise, l’État est prêt à accélérer cette transformation, nous devons collectivement nous saisir de cette occasion.

Notre dialogue local a donc ouvert deux chantiers :

1. Demande officielle au Ministre de l’Économie Bruno Lemaire, d’étudier la faisabilité d’une exonération partielle ou totale de la CFE (mon courrier en ce sens a été envoyé en concertation avec les commerçants).

2. La mise en place de plateformes locales de commerces.

En collaboration avec les associations commerçantes mobilisées, et après m’être assurée du financement de l’État, j’ai amorcé auprès de chaque intercommunalité concernée (Dourdannais, Juine et Renarde, Cœur d’Essonne) le lancement d’un projet de plateforme en ligne pour nos commerçants de proximité.

Ayant manifesté à plusieurs reprises leur volonté de soutenir les commerçants, chaque Président m’a donné son accord pour l’accompagnement de cette transformation. Je les en remercie et nous démarrons depuis quelques jours les premières réunions de travail de mise en œuvre.

C’est ensemble et non les uns contre les autres que nous pourrons soutenir notre économie locale, le temps que la situation sanitaire soit plus favorable.

Mesures de soutien de l’État


  • Renforcement du fonds de solidarité : une aide pouvant aller jusqu’à 10 000 euros pour les entreprises fermées administrativement, de moins de 50 salariés.

  • Recours à l’activité partielle : le salarié pourra bénéficier de 84% de sa rémunération nette.

  • Report de charges sociales : exonération totale des cotisations sociales patronales hors retraite complémentaire, ainsi qu’une aide au paiement des cotisations sociales de 20% de la masse salariale.

  • Mise en place d’un crédit d’impôt pour réduire les loyers : report de tout ou partie du paiement des cotisations salariales et patronales sur simple demande en ligne préalable sur le site des URSSAF.

  • Renforcement des prêts garantis par l’État et des prêts directs de l’État aux entreprises 

  • Soutien de l’État aux commerces : 20 000 euros pour les intercommunalités qui piloteraient un projet de plateforme et 500 euros versés aux commerçants pour l’aide à l’achat d’outils numériques


Fonctions à l'Assemblée Nationale

Membre de la commission des Affaires Sociales

Membre de la Délégation des Droits des Femmes et à l'égalité des chances entre les hommes et les femmes

Membre du groupe d’étude parlementaire sur l'Autisme

Membre du groupe d’étude parlementaire sur les Discriminations et LGBTQI-phobies dans le monde

Membre du groupe d’étude parlementaire sur les droits de l’enfant et protection de la jeunesse

Membre du groupe d’étude parlementaire sur les gens du voyage

Membre du comité de suivi de l’agence française de l’adoption et de la commission DETR de l’Essonne

Membre du groupe d’amitié parlementaire France-Brésil

Membre du groupe d’amitié parlementaire France-Portugal

Laëtitia Romeiro Dias

Députée de l'Essonne - Troisième Circonscription
  • Gris Facebook Icône
  • Gris Twitter Icon