Prise en charge des personnes âgées



Dans cette période d’épidémie, plus encore qu’habituellement tous les acteurs du système de soins doivent être mobilisés pour apporter un appui à la prise en charge des personnes âgées en EHPAD, en  résidences  ou  à  domicile,  y  compris  les  personnes  handicapées  vieillissantes. En  effet,  les personnes âgées doivent bénéficier, comme le reste de la population, du soin approprié à leur état de santé en prenant en compte leurs fragilités particulières et notamment celles liées à l’âge dont on sait qu’il constitue un facteur de risque supplémentaire.

Le suivi à domicile :

Les services d’aide et d’accompagnement à domicile peuvent adapter leurs modalités d’accompagnement, dans le respect des consignes nationales et locales modulant ou en suspendant certaines interventions, y compris auprès des publics fragiles.

La priorisation des interventions vise à limiter, autant que possible et sans mettre en danger la continuité de l’accompagnement des personnes, le niveau d’exposition des personnes vulnérables au COVID 19 et donc leur niveau de contact avec une diversité d’intervenants extérieurs. Elle vise ainsi à protéger les personnes accompagnées.


La surveillance à domicile repose sur :

  • Le confinement à domicile ;

  • La surveillance de la température 2 fois par jour ;

  • En cas d’aggravation de l’état général, un appel au médecin traitant ou, si celui-ci n’est pas joignable, au SAMU-Centre 15 ;

  • Le port d’un masque chirurgical lors de l’intervention d’un professionnel de santé et des intervenants du service selon le principe soignant/soigné : un masque pour le professionnel et un pour la personne accompagnée toujours associée à une hygiène rigoureuse des mains (lavage avec de l’eau et du savon ou SHA) ;

  • Des mesures de distanciation sociale pour les actes le permettant (ménage, portage de repas ...);

  • Un nettoyage du domicile à l’eau de javel diluée ou avec tout autre produit virucide.

Au sein du logement, les principes suivants s’appliquent :

  • La personne malade doit rester dans une pièce spécifique, en évitant les contacts avec les autres occupants du domicile ;

  • Une aération régulière doit être effectuée ;

  • Un lavage des mains régulier doit être effectué et il est recommandé que la personne malade ne touche pas d’objets communs ;

  • Une attention particulière est apportée au nettoyage, en particulier des surfaces fréquemment touchées : poignées, téléphones, portables etc.

Le suivi dans les EHPAD :

Le plan bleu a été activé dans les EHPAD dès le 11 mars, ce qui a conduit à l’interdiction de toute visite. Le confinement a depuis été renforcé avec un isolement individuel de chaque résident dans les chambres.


La prise en charge des cas suspects et confirmés ne présentant pas de critères de gravité doit être assurée en priorité au sein des EHPAD afin de ne pas saturer les établissements de santé, en respectant les mesures d’hygiène et de protection.


Dans ce cadre, le rôle du médecin coordonnateur se trouve renforcé. Il dispose d’un pouvoir de prescription générale pour assurer la prise en soin des patients non graves à l’EHPAD, et peut proposer l’orientation des cas sévères et critiques vers le système de soins via le SAMU- centre 15 et assurer un retour en EHPAD des patients ne présentant plus de risque pour leur entourage, en faisant le lien avec le milieu hospitalier et en particulier en recourant à l’hospitalisation à domicile (HAD), ainsi qu’avec le médecin traitant.


En cas d’absence ou indisponibilité du médecin coordonnateur, ce suivi est assuré par le médecin traitant des résidents ou par tout personnel médical intervenant dans l’établissement de santé avec lequel la structure a conclu une coopération renforcée.


Pour aider les médecins coordonnateurs, les infirmiers de coordination (IDEC) et les médecins traitants des résidents, Une astreinte « personnes âgées » de territoire (une « hotline »), coordonnée par un référent gériatrique, doit être joignable par téléphone et par mail de 8h à 19h même le week-end.

Elle permet notamment de :

  • Donner des conseils individuels (échanges téléphoniques ou télémédecine), notamment pour anticiper les procédures et protocoles nécessaires à la prise en soin des résident :

  • De participer à des décisions médicales collégiales pour la prise en charge d’un cas suspect ou confirmé (au moment de l’apparition du cas, en réévaluation, en sortie d’hospitalisation) ;

  • De prescrire à distance (fax, solution de télémédecine, e-mail sécurisé...) en tant que de besoin en lien avec le médecin coordonnateur et les médecins traitants, et les médecins coordonnateurs des HAD le cas échéant.

Le transfert vers un établissement de santé :

Seuls les patients présentant des formes sévères et critiques sont pris en charge dans les établissements de santé habilités Covid-19 sur décision d’un médecin du SAMU centre 15.

  • Un médecin d’astreinte réanimateur doit pouvoir être contacté H24 pour participer le cas échéant à la décision collégiale d’admission ou de non admission en réanimation.


La décision médicale d’hospitalisation d’une personne âgée atteinte du Covid-19 entre les professionnels de santé en appui des établissements de santé et ceux des EHPAD, dont les médecins traitants, s’appuie sur les recommandations du Conseil National Professionnel (CNP) de gériatrie et prend en compte la situation du patient ainsi que les conditions de sa prise en charge dans l’établissement et en hospitalisation. Elle vise à identifier les personnes âgées suspectes d’infection Covid-19 mettant en jeu leur pronostic vital mais pour lesquelles l’hospitalisation représente un bénéfice réel.


Pour ces personnes, le choix entre une hospitalisation en soins critiques, en court séjour, en EHPAD, en hôpital de proximité, en USLD ou en SSR doit être discuté collégialement, à travers le système de l’astreinte sanitaire « personnes âgées ».

Pour aller plus loin : https://solidarites-sante.gouv.fr/IMG/pdf/fiche_ehpad_etablissements.pdf




Fonctions à l'Assemblée Nationale

Membre de la commission des Affaires Sociales

Membre de la Délégation des Droits des Femmes et à l'égalité des chances entre les hommes et les femmes

Membre du groupe d’étude parlementaire sur l'Autisme

Membre du groupe d’étude parlementaire sur les Discriminations et LGBTQI-phobies dans le monde

Membre du groupe d’étude parlementaire sur les droits de l’enfant et protection de la jeunesse

Membre du groupe d’étude parlementaire sur les gens du voyage

Membre du comité de suivi de l’agence française de l’adoption et de la commission DETR de l’Essonne

Membre du groupe d’amitié parlementaire France-Brésil

Membre du groupe d’amitié parlementaire France-Portugal

Laëtitia Romeiro Dias

Députée de l'Essonne - Troisième Circonscription
  • Gris Facebook Icône
  • Gris Twitter Icon