Pourquoi ai-je voté (2)




# Le projet de loi pour une école de la confiance

L’égalité d’accès à l’éducation est un chantier prioritaire pour la majorité. Les mesures de dédoublement des classes de CP et CE1 dans les quartiers prioritaires et de suppression des cotisations sociales des étudiants qui sont déjà entrées en vigueur, témoignent de notre ambition de transformation profonde du système éducatif. Le projet de loi « pour une école de la confiance », adopté en première lecture à l’Assemblée le 19 février dernier, se veut être une étape supplémentaire dans le processus de transformation amorcé, une loi résolument sociale qui s’attaque aux inégalités de destin. -> L’école obligatoire dès 3 ans. La recherche a montré que l’enfant développe un grand nombre des compétences indispensables à l’apprentissage des fondamentaux entre l’âge de 3 et de 6 ans. L’abaissement de l’âge à partir duquel l’école est obligatoire est une avancée sociale historique. Cela permettra à des dizaines de milliers d’élèves, d’accéder aux mêmes chances de réussite que les autres enfants. Les coûts supplémentaires seront supportés par l’État et non par les communes grâce à une enveloppe adaptée. -> L’obligation de formation jusqu’à 18 ans. Le plan pauvreté avait permis d’estimer que 20 000 jeunes étaient en décrochage scolaire. Ils se verront désormais proposer une formation ou un apprentissage, notamment grâce à des moyens supplémentaires alloués aux missions locales. -> La préprofessionnalisation des futurs enseignants. Dès la deuxième année d’études universitaires, des étudiants pourront se diriger vers la carrière professorale, tout en bénéficiant d’un salaire et d’une première expérience dans le système éducatif en tant qu’assistant d’éducation. Le salaire et les responsabilités confiées aux futurs professeurs rendra le métier d’enseignant plus attractif pour les étudiants, ce qui augmentera le vivier. Ce personnel qui sera progressivement formé sera une meilleure alternative de remplacements que les solutions actuelles, reposant parfois sur des petites annonces sur internet.

Ce texte confirme que l’égalité d’accès à l’éducation est au centre de nos priorités et que notre politique éducative obéit à une inspiration profondément sociale.



Fonctions à l'Assemblée Nationale

Membre de la commission des Affaires Sociales

Membre de la Délégation des Droits des Femmes et à l'égalité des chances entre les hommes et les femmes

Membre du groupe d’étude parlementaire sur l'Autisme

Membre du groupe d’étude parlementaire sur les Discriminations et LGBTQI-phobies dans le monde

Membre du groupe d’étude parlementaire sur les droits de l’enfant et protection de la jeunesse

Membre du groupe d’étude parlementaire sur les gens du voyage

Membre du comité de suivi de l’agence française de l’adoption et de la commission DETR de l’Essonne

Membre du groupe d’amitié parlementaire France-Brésil

Membre du groupe d’amitié parlementaire France-Portugal

Laëtitia Romeiro Dias

Députée de l'Essonne - Troisième Circonscription
  • Gris Facebook Icône
  • Gris Twitter Icon