Plan national pour le développement des soins palliatifs et l'accompagnement à la fin de vie

Dernière mise à jour : nov. 19

Ce 5ème plan national traduit l’engagement de garantir à tous les citoyens, sur l’ensemble du territoire et dans tous les lieux de vie, l’accès aux soins palliatifs et à l’accompagnement de la fin de vie. La mise en œuvre de ce plan mobilisera au total 171 millions d’euros : dès 2021, près de 5 millions d’euros seront priorisés sur le renforcement des équipes mobiles de soins palliatifs.


Ce plan national se structure autour de 15 actions permettant d’augmenter l’offre de soins palliatifs tant en ville qu’en établissement mais aussi de programmer plus précocement les traitements dans les parcours de santé, de développer la formation en soins palliatifs, de soutenir l’expertise et les travaux de recherche et ainsi, d’améliorer les connaissances dans ce domaine.


L’enjeu est de garantir aux personnes concernées et à leur entourage une prise en charge graduée et de proximité́, coordonnée avec la médecine de ville et de faire bénéficier les professionnels – notamment les équipes des EHPAD – de l’appui nécessaire et de l’expertise requise en soins palliatifs ainsi qu’en accompagnement de la fin de vie.


Pour cela, le plan s’articule autour de trois priorités :

  • Favoriser l’appropriation des droits en faveur des personnes malades et des personnes en fin de vie : parler des soins palliatifs et améliorer les connaissances sur le sujet ;

  • Conforter l'expertise en soins palliatifs en développant la formation et en soutenant la recherche ;

  • Définir des parcours de soins gradués et de proximité en développant l’offre hospitalière de soins palliatifs, en renforçant la coordination avec la médecine de ville et en garantissant l’accès à l’expertise.

Les soins palliatifs sont indispensables à notre système de santé. Ils sont le socle à partir duquel il est possible de réfléchir sereinement aux questions légitimes d’évolution de la fin de vie et des réponses que nous lui apportons, comme nous avons commencé à le faire il y a quelques mois au Parlement.


Soulager la douleur, apaiser la souffrance physique, psychique ou spirituelle, sauvegarder la dignité de la personne malade et soutenir son entourage : tel est le sens de la démarche palliative qui doit être accessible à tous : une approche centrée tout à la fois sur le soin, sur les valeurs du patient, sur la prise en compte de son entourage et non sur la seule dimension curative.


Fonctions à l'Assemblée Nationale

Membre de la commission des Affaires Sociales

Membre de la Délégation des Droits des Femmes et à l'égalité des chances entre les hommes et les femmes

Membre du groupe d’étude parlementaire sur l'Autisme

Membre du groupe d’étude parlementaire sur les Discriminations et LGBTQI-phobies dans le monde

Membre du groupe d’étude parlementaire sur les droits de l’enfant et protection de la jeunesse

Membre du groupe d’étude parlementaire sur les gens du voyage

Membre du comité de suivi de l’agence française de l’adoption et de la commission DETR de l’Essonne

Membre du groupe d’amitié parlementaire France-Brésil

Membre du groupe d’amitié parlementaire France-Portugal