Plan lutte contre les rixes en Essonne

3 mois après la création du premier groupe de travail, à l’initiative du Préfet de l’Essonne, nous faisons un premier point d’étape sur le plan d’actions anti-rixes, qui s’articule autour de deux axes : opérationnel et prévention.

Sur l’axe opérationnel, des boucles d’alerte ont été créées sur messageries sécurisées entre les forces de l’ordre, les élus locaux (maires), l’Éducation Nationale, les réseaux associatifs de jeunes et les responsables de réseaux de transport en commun (SNCF et bus). Ces boucles d’alerte ont permis de déjouer plusieurs rassemblements de jeunes. Sur la zone Dourdan/ Saint-Chéron, deux turbulences ont été observées depuis la rixe mortelle de février. Le Maire a salué l’efficacité, la fluidité et la réactivité de l’ensemble de la chaîne de partenaires actifs. Les institutions se sont rapprochées et travaillent de concert.

Le déploiement de cellules locales de suivi individualisé dans les communes, à l’instar du dispositif « Un psy dans ma cité » lancé par l’association essonnienne AUDEO, accompagnée financièrement par l’Etat, ont également fait leur preuve. Ces cellules ont pour vocation de prévenir avant de guérir grâce à des permanences psychologiques gratuites.


Les maires et les forces de l’ordre, municipales et nationales, font le même constat de diminution du phénomène de rixes depuis le mois de février. Plusieurs raisons sont évoquées : le couvre-feu et la baisse de fréquentation dans les établissements scolaires liés au COVID. Néanmoins, tous s’accordent pour dire que les tensions restent sous-jacentes. L’été arrive, le couvre-feu sera repoussé jusqu’à être supprimé. Des matchs de football, hors stades entre bandes rivales, commencent à être organisés. Les vacances scolaires doivent être organisées. Des actions de fond restent à mener et notamment en termes de prévention.


Une expérimentation de « Brigades de Parents - participation citoyenne » a montré des résultats prometteurs. Il s’agit de la création d’un collectif de parents dont les enfants sont touchés par les phénomènes de bandes. Les parents échangent entre eux et les référents sont connectés à une boucle d’alerte avec les services de la commune. Cette expérimentation pourrait être généralisée sur l’ensemble du territoire essonnien.


Le dispositif national « vacances apprenantes » reconduit cette année viendra renforcer l’offre existante des communes. Ce dispositif a pour objectif d’assurer la consolidation des apprentissages et de contribuer à l’épanouissement des enfants à travers des activités culturelles, sportives et de loisirs. Il se déploie à travers différentes initiatives :

  • les « écoles ouvertes », qui permettent aux élèves du CP à la terminale de consolider leurs connaissances tout en profitant d’activités variées en partenariat avec des associations, établissements culturels et sportifs ;

  • les « stages de réussite », proposés aux élèves les plus en difficulté pour consolider les acquis fondamentaux, tout particulièrement en français et en mathématiques, ou combler des lacunes en travaillant en petits effectifs ;

  • les « colos apprenantes », qui offrent aux jeunes l’opportunité de partir et de renforcer leurs savoirs autour d’activités ludiques et sportives.

Au total, 120 millions d’euros sont mobilisés pour ce dispositif.

La CAF propose également de nombreux dispositifs de soutien aux projets autour de la parentalité, de la culture et du sport, du décrochage scolaire, de l’inclusion numérique, sans parler de l’aide au départ en colonie de vacances et des « projets d’été ». Ces programmes existent, il faut les utiliser.


La Prestation de services jeunes est un nouveau dispositif financier pluriannuel qui vise à soutenir la professionnalisation du secteur jeunesse :

https://www.caf.fr/partenaires/enfance-et-jeunesse/la-prestation-de-service-jeunes


Enfin, le plan départemental de prévention de la délinquance est en cours de réécriture. J’y suis associée. Des points d’étape seront faits régulièrement. Je reviendrai vers vous avec les avancées.




Fonctions à l'Assemblée Nationale

Membre de la commission des Affaires Sociales

Membre de la Délégation des Droits des Femmes et à l'égalité des chances entre les hommes et les femmes

Membre du groupe d’étude parlementaire sur l'Autisme

Membre du groupe d’étude parlementaire sur les Discriminations et LGBTQI-phobies dans le monde

Membre du groupe d’étude parlementaire sur les droits de l’enfant et protection de la jeunesse

Membre du groupe d’étude parlementaire sur les gens du voyage

Membre du comité de suivi de l’agence française de l’adoption et de la commission DETR de l’Essonne

Membre du groupe d’amitié parlementaire France-Brésil

Membre du groupe d’amitié parlementaire France-Portugal