Plan de réduction des tensions dans le recrutement

Dernière mise à jour : nov. 19


PLAN DE REDUCTION DES TENSIONS DE RECRUTEMENT : NOUS VOULONS FAIRE COINCIDER L’OFFRE ET LA DEMANDE SUR LE MARCHÉ DE L’EMPLOI


La reprise est là. Le taux de chômage est au plus bas depuis 12 ans. Il atteint les 8% et nous sommes parmi les bons élèves de l’Europe. Notre politique économique depuis 2017 et les mesures de protection mises en place durant le COVID ont montré leurs fruits. Mais l’on ne peut pas se satisfaire de comptabiliser encore plus d'un million de jeunes sans emploi ou sans formation et une hausse de 260 000 chômeurs longue durée depuis la sortie de crise. En parallèle, une tension en recrutement existe dans des secteurs clés comme par exemple dans l’industrie agroalimentaire, les services d’aide à la personne ou encore le transport.


Il faut donc prendre de nouvelles mesures.


Avec la réforme de l’assurance chômage qui terminera d’entrer en vigueur au 1er décembre prochain, nous encourageons davantage le travail mais limitons plus strictement le recours aux contrats courts.


Mais si nous voulons encourager le travail, il faut également améliorer l’attractivité des métiers. C’est la raison pour laquelle l’ouverture de négociations sur les conditions de travail, les évolutions professionnelles et les salaires dans plusieurs branches professionnelles est essentielle.


Enfin, un effort supplémentaire pour la formation est une nécessité pour permettre à chacun de s’adapter aux nouveaux secteurs d’avenir et aux nouvelles compétences attendues :


- Les PME seront de nouveau éligibles au fonds de mutualisation de la formation. Ce sont donc 600 millions d'euros qui vont être débloqués immédiatement, via le fonds national pour l'emploi, dans l'objectif de former 350 000 salariés supplémentaires.


- L'Etat va signer de nouvelles conventions avec les Régions et avec Pôle emploi, à hauteur de 560 millions, et ouvrir les nouvelles formations à l'ensemble des demandeurs d'emploi quel que soit leur niveau de qualification. L’objectif : former 1,4 million de demandeurs d’emploi aux métiers d’avenir du numérique et de la transition écologique pour accompagner la transformation de notre économie, amorcée par le Plan France Relance. Les formations en entreprise et sur-mesure seront favorisées.


- En complément du Plan « 1 jeune 1 solution » le revenu d’engagement pour les jeunes permettra de mettre l’accent sur les chantiers d’insertion et sur l’accompagnement individualisé pour accompagner ces centaines de milliers de jeunes qui ne sont ni en emploi ni en formation.


- Enfin, pour accompagner plus spécifiquement les chômeurs de longue durée et répondre aux besoins des entreprises, 240 millions d’euros seront mobilisés pour étendre les aides à l’embauche de 8000 euros dans le cadre des contrats de professionnalisation, qui sont aujourd’hui réservés aux jeunes ; et pour mettre en place des actions de remobilisation vers l’emploi.


Ces mesures viennent complémenter les dispositifs déjà existants, comme le PIC (Plan d’Investissement dans les Compétences) ou la réforme de l’apprentissage. Nous voulons permettre à nos entreprises d’être plus compétitives sur la scène mondiale, grâce à leurs compétences. Nous voulons que chacun d’entre nous puisse avoir la maîtrise de son parcours professionnel. C’est en conjuguant ces deux aspects que nous encouragerons la reprise économique de notre pays. C’est un travail collectif, de longue haleine, qui nous concerne tous.




Fonctions à l'Assemblée Nationale

Membre de la commission des Affaires Sociales

Membre de la Délégation des Droits des Femmes et à l'égalité des chances entre les hommes et les femmes

Membre du groupe d’étude parlementaire sur l'Autisme

Membre du groupe d’étude parlementaire sur les Discriminations et LGBTQI-phobies dans le monde

Membre du groupe d’étude parlementaire sur les droits de l’enfant et protection de la jeunesse

Membre du groupe d’étude parlementaire sur les gens du voyage

Membre du comité de suivi de l’agence française de l’adoption et de la commission DETR de l’Essonne

Membre du groupe d’amitié parlementaire France-Brésil

Membre du groupe d’amitié parlementaire France-Portugal