Lutte contre les séparatismes et début du réveil républicain

Le Président de la République a présenté, vendredi 2 octobre aux Mureaux, sa stratégie contre les séparatismes, et notamment l’islamisme radical.

Un projet de loi sera débattu à l’Assemblée Nationale à la fin de l’année, qui, 115 ans après la loi de 1905, visera à renforcer la laïcité et à consolider les principes républicains

Nous faisons face à des enjeux divers aujourd’hui :

  • Affronter avec détermination et force les formes inacceptables et radicales à court terme.

  • Reconquérir le terrain perdu par la République et ce qui a conduit une partie de la jeunesse à être attirée par l’islam radical.

  • Revenir sur « nos propres traumatismes et insuffisances pour ouvrir ce livre ».

Depuis 3 ans nous agissons au quotidien avec :

  • Politique coordonnée de lutte contre le terrorisme par les services de renseignements, les forces de sécurité intérieure, les magistrats (parquet spécialisé créé), des lois votées, 32 attentats déjoués, etc…

  • Lutte contre la radicalisation avec des « actes clairs, précis, fermes »


Dans son discours, le Président a mis en avant 5 piliers qui doivent dicter notre action et la promotion du « réveil républicain » :

1. Un ensemble de mesures d’ordre public et de neutralité du service public.

  • Une meilleure protection des élus locaux qui, aujourd’hui, peuvent subir des pressions sur le terrain.

  • Une obligation de neutralité, inscrite dans la loi, sera applicable aux agents publics dans le cadre de leur action et sera aussi étendue aux salariés de ces entreprises délégataires.

2. Les associations.

  • On constate que de nombreuses d’associations, qui proposent des activités sportives, culturelles, linguistiques, et accueillent les plus précaires, déploient des stratégies d’endoctrinement.

  • Les motifs de dissolution des associations, qui sont, jusqu’à présent, très limités, seront étendus, pour y inclure notamment l’atteinte à la dignité de la personne ou les pressions psychologiques ou physiques.

  • Toute association sollicitant une subvention auprès de l’État ou d’une collectivité territoriale devra signer un contrat de respect des valeurs de la République : « charte de la laïcité ».

3. L’école.

  • À partir de la rentrée 2021, l’instruction scolaire à domicile sera strictement limitée, notamment aux impératifs de santé.

  • L’instruction deviendra donc obligatoire au sein de l’école dès l’âge de trois ans.

  • Les écoles hors contrat feront l’objet d’un contrôle renforcé.

4. Bâtir un « islam des Lumières »

Afin de construire « un islam qui puisse être en paix avec la République », il est d’abord nécessaire de « libérer l’islam en France des influences étrangères ».

  • Meilleur contrôle des financements des lieux de culte en incitantles associations cultuelles à basculer dans le régime de la loi de 1905, moins souple sur le plan des obligations comptables (mais offrant des avantages fiscaux).

  • L’objectif n’est pas d’interdire les financements étrangers « mais de les encadrer ». Les mosquées, qui souhaitent rester sous le régime de 1901, devront se soumettre aux contraintes qui existent dans le cadre de la loi de 1905.

5. Faire aimer la République

On ne règle pas tous les problèmes par des décrets et des lois. Nous devons aller plus loin ! Nous aimons la République quand elle tient ses promesses d’émancipation

➡ Si la République a le devoir de donner des perspectives d’avenir à ses enfants, il s’agit de la refaire entrer dans le concret des vies.

➡ De nouvelles décisions seront annoncées cet automne pour lutter contre toutes les formes de discrimination et seront déclinées dans les territoires, notamment sur le logement social qui nécessite une réforme profonde.

➡ Une partie du plan relance portera sur l’émancipation culturelle et écologique de la jeunesse.



Comme le dit le Président de la République : "nous formons un bloc un et pluriel : nous comme une communauté nationale avec 66 millions d'histoires".

Pour ma part, je m'impliquerai dans ce texte important pour beaucoup de nos concitoyens, et j'ouvre un cycle d'échanges, de rencontres et d'écoute pour préparer ce texte.

N'hésitez pas à vous faire connaître à mon équipe si vous souhaitez apporter votre contribution à ce débat.

Fonctions à l'Assemblée Nationale

Membre de la commission des Affaires Sociales

Membre de la Délégation des Droits des Femmes et à l'égalité des chances entre les hommes et les femmes

Membre du groupe d’étude parlementaire sur l'Autisme

Membre du groupe d’étude parlementaire sur les Discriminations et LGBTQI-phobies dans le monde

Membre du groupe d’étude parlementaire sur les droits de l’enfant et protection de la jeunesse

Membre du groupe d’étude parlementaire sur les gens du voyage

Membre du comité de suivi de l’agence française de l’adoption et de la commission DETR de l’Essonne

Membre du groupe d’amitié parlementaire France-Brésil

Membre du groupe d’amitié parlementaire France-Portugal

Laëtitia Romeiro Dias

Députée de l'Essonne - Troisième Circonscription
  • Gris Facebook Icône
  • Gris Twitter Icon