L’inclusion des personnes handicapées : une action continue mois après mois

Mis à jour : 4 juin 2019

Le projet d’une société inclusive fait son chemin, une société véritablement inclusive. Les personnes handicapées doivent pouvoir accéder à la culture, pratiquer un sport, partir en vacances, exercer leur citoyenneté, choisir leurs loisirs, vivre comme tout un chacun. C’est le sens de notre action, mois après mois :


• Augmenter l’Allocation aux Adultes Handicapés (AAH) et octroyer des droits à vie dans les cas qui le nécessitent c’est tendre vers une meilleure autonomie financière mais aussi une diminution des démarches administratives pour une plus grande continuité dans l’accès aux droits.


• Donner le droit de voter, de se marier, de se pacser ou de divorcer aux personnes majeures sous tutelle, c’est inclure chacun dans la vie de la cité.


• Dans la société inclusive, une personne handicapée doit pouvoir accéder à des logements adaptés, c’est l’objectif de l’inscription dans la loi de l’obligation d’équiper en ascenseur toute construction neuve de plus de trois étages, qui doit concrètement permettre aux handicapés d’avoir accès à un plan grand nombre de logements.


• L’école est le vecteur d’inclusion essentiel. Le changement de statut des AVS vers des postes plus qualifiés d’AESH, plus pérennes et moins précaires, l’ouverture de postes supplémentaires d’AESH, une coopération renforcée entre l’équipe éducative et les professionnels du médico-social, le déploiement des PIAL (pôles inclusifs d’accompagnement localisés), le plan autisme 2018-2022 qui multiplie le nombre de places des unités d'enseignement en maternelle (UEM) sont autant d’impulsions nationales qui participent de l’ambition de permettre à tous les enfants en capacité d’avoir accès à l’école.


Après l’école, comme tout à chacun, viendra le temps d’un parcours professionnel. Pour renforcer l’accès à la formation, le Compte Personnel à la Formation (CPF) est désormais majoré pour tous les travailleurs handicapés.


Mais ce mois-ci, j’ai décidé de participer à un autre aspect du combat pour l’inclusion : le plafond de verre !


En effet outre les mesures légales, le regard des entreprises et des administrations doit changer : organisé le 16 mai dernier, le Duoday est une journée pendant laquelle un professionnel accueille une personne en situation de handicap sur son lieu de travail pour lui faire découvrir son métier.

Cette journée sert à faire disparaitre les préjugés en envoyant un signal fort sur la compatibilité de nos activités avec le handicap.

Oscar Lembeye, le Président de l'Assemblée nationale Richard Ferrand et moi le 16 mai dernier à l'occasion du Duoday

J’ai donc fait découvrir le métier de collaborateur parlementaire et député à Oscar Lembeye, un jeune malvoyant passionné de politique qui m’a suivie dans toutes mes tâches. L’implication d’Oscar dans cette expérience a renforcé ma conviction selon laquelle, l’inclusion professionnelle n’est pas seulement fraternelle, elle est utile pour nous tous.


Enfin, parce que s’engager pour l’inclusion c’est aussi regarder la dépendance, et travailler au développement de plusieurs types de solutions. Les institutions médicalisées ou non sont parfois une solution mais ne suffisent pas. Il existe d’autres solutions, qui souffrent d’un manque de visibilité et de reconnaissance.

Le métier d’accueillant familial, ces travailleurs qui prennent en charge des personnes handicapées à leur domicile en échange d’une rémunération est une solution du XXIème siècle mais qui peine encore à se développer malgré les atouts de ce type d’accompagnement.


Rencontre avec les accueillants familiaux de l'Essonne le 24 mai dernier à Cerny

J’ai donc rencontré une trentaine d’accueillants familiaux essonniens à Cerny le 24 mai, avec lesquels j’ai échangé sur tous les freins techniques et juridiques au déploiement de ce métier. Il faut mieux considérer ces travailleurs et ce dispositif qui apportent une solution résolument humaine dans la prise en charge des personnes dépendantes mais qui souffrent d’une certaine précarité. A nous, parlementaires, d’identifier les obstacles pour favoriser cette solution d’avenir. J’ai bien l’intention de porter ce sujet dans le débat public.

Fonctions à l'Assemblée Nationale

Membre de la commission des Affaires Sociales

Membre de la Délégation des Droits des Femmes et à l'égalité des chances entre les hommes et les femmes

Membre du groupe d’étude parlementaire sur l'Autisme

Membre du groupe d’étude parlementaire sur les Discriminations et LGBTQI-phobies dans le monde

Membre du groupe d’étude parlementaire sur les droits de l’enfant et protection de la jeunesse

Membre du groupe d’étude parlementaire sur les gens du voyage

Membre du comité de suivi de l’agence française de l’adoption et de la commission DETR de l’Essonne

Membre du groupe d’amitié parlementaire France-Brésil

Membre du groupe d’amitié parlementaire France-Portugal

Laëtitia Romeiro Dias

Députée de l'Essonne - Troisième Circonscription
  • Gris Facebook Icône
  • Gris Twitter Icon