L'Europe dans la lutte contre l'épidémie de Covid-19

Dans la lutte contre la pandémie, la solidarité européenne est-elle intacte ?

OUI. L’Europe n’est pas divisée et la France n’est pas isolée.

  • Pour preuve, 9 chefs d’État et de gouvernement – auxquels se sont joints d’autres pays- ont adressé, mercredi 25 mars, une lettre au président du Conseil européen, Charles Michel, appelant à « un instrument de dette commun émis par une institution européenne pour lever des fonds sur le marché (…) au profit de tous les États membres (…) pour faire face aux dommages causés par le Coronavirus ».

  • Un noyau dur de 15 pays, dont la France, la Belgique, la Grèce et le Portugal) souhaite la mise en place d’un plan commun et coordonné pour sortir de la crise.

Qu’a fait la France pour aider ses partenaires européens ?

  • La France a été le premier pays à appeler à une prise de conscience de l’Europe face à la crise, Emmanuel Macron demandant à une réunion extraordinaire du Conseil européen le 10 mars.

  • La France a participé activement à l’effort collectif pour rapatrier les Européens bloqués à l’étranger. Fin janvier, trois vols ont permis de rapatrier 150 Européens de Wuhan (en plus de 200 Français). Plus récemment, des dizaines de vols commerciaux et spéciaux ont été mis en place pour le retour des Français bloqués à l’étranger (vols que la France a ouvert aux autres citoyens européens). Plus de 150.000 citoyens européens, dont plus de 100.000 Français, ont pu regagner l’Europe.

Quelles formes prend la solidarité européenne en ce temps de crise sanitaire ?

 L’Europe s’organise en prenant des mesures coordonnées pour éviter le chacun pour soi. 

  • L’Europe s’est organisée dans la gestion des frontières:

- Réponse commune aux frontières extérieures pour protéger l’espace européen et limiter les arrivées depuis des pays tiers.

- Coordination à l’intérieur de l’Europe pour permettre une libre circulation des marchandises, des travailleurs frontaliers et des Européens qui rentrent dans leur pays.

  • Les pays européens coordonnent et mutualisent leurs efforts en matière de recherche :

- 140 millions d’euros sont débloqués, en plus des budgets habituels, pour lutter contre la propagation du virus et trouver un remède et un vaccin.

- Le projet « Discovery », lancé pendant la semaine du 23 mars, réunit plusieurs États européens.  Les instituts nationaux de recherche mènent un travail en réseau qui alimente les travaux « Discovery ».

- Les résultats des tests effectués sur près de 800 patients français devraient être publiés vendredi 3 avril.

  • L’Europe se coordonne en termes de gestion du matériel :

- La Commission européenne, sous la direction du Commissaire au marché intérieur, Thierry Breton, a mis en place un plan de commande de matériel médical coordonnée. Cette procédure d’achat groupé de matériel est déterminée par les besoins, les stocks et les productions de chaque État.

- C’est à partir de la commande de matériel médical commune que sera composée la réserve stratégique de matériel médical avec un budget de 50 millions d’euros consacré notamment pour l'acquisition de respirateurs et de masques de protection.

Quelles sont les ambitions européennes pour favoriser la relance économique ?

  • L’Union européenne trace un plan d’investissement pour favoriser la relance économique. Différents outils techniques sont envisagés, dont mutualiser les dettes ou émettre des « eurobonds ». L’Eurogroupe apportera, le 7 avril, une clarification à ce sujet et des solutions fortes.  

  • Les règles de discipline budgétaire (notamment « la règle des 3% de déficit » dans le cadre du Pacte de stabilité ») sont suspendues. Les États peuvent injecter autant d’argent que nécessaire pour lutter contre les retombées économiques de la crise sanitaire.

  • Un plan d’urgence de 750 milliards d’euros de rachat de titres et d’obligations d’État de la Banque Centrale Européenne a été décidé pour soutenir les entreprises et favoriser les conditions d’emprunts des États.

  • La Banque européenne d’investissement soutiendra les ETI et PME à hauteur de 40 milliards d'euros.

Les pays européens maintiennent-ils leurs engagements dans les pays tiers ?

  • Concernant la mission au Sahel, l’Europe reste solidaire sur le terrain alors que ces actions sont des vecteurs de propagation du virus. Les conflits continuent pendant la pandémie, la sécurité doit être assurée.

  • Malgré la crise sanitaire, l’Europe apporte son aide à la Croatie touchée par un tremblement de terre en déclenchant le mécanisme de protection civile. La France a envoyé deux tonnes de matériels (tentes, lits de camp, sacs de couchage, etc) pour venir en aide aux personnes dont les logements ont été endommagés par le tremblement de terre.

L’Europe apporte-t-elle son soutien à la production agricole européenne ?

  • Les aides d’États agricoles sont entrées dans une période dérogatoire pour faire face au risque de pénurie alimentaire que fait planer l’épidémie et aider les agriculteurs.

- Les agriculteurs peuvent désormais bénéficier d'une aide maximale de 100.000 euros par exploitation et les entreprises de transformation et de commercialisation des denrées alimentaires peuvent bénéficier d'un maximum de 800.000 euros.

- Pour assurer un flux continu de produits alimentaires à travers l'UE, la Commission se coordonne étroitement avec les États membres pour garantir un marché unique des marchandises efficace en créant des « Green Lanes » ou corridors alimentaires.

  • Concernant la pêche, les pêcheurs, contraints de rester à quai, devraient voir leur accès au Fonds européen pour les affaires maritimes et la pêche (FEAMP) facilité, notamment par un assouplissement des critères de mobilisation de ces fonds. Par ailleurs, des fonds non programmés à la pêche pourraient être alloués aux pécheurs connaissant des difficultés.



Fonctions à l'Assemblée Nationale

Membre de la commission des Affaires Sociales

Membre de la Délégation des Droits des Femmes et à l'égalité des chances entre les hommes et les femmes

Membre du groupe d’étude parlementaire sur l'Autisme

Membre du groupe d’étude parlementaire sur les Discriminations et LGBTQI-phobies dans le monde

Membre du groupe d’étude parlementaire sur les droits de l’enfant et protection de la jeunesse

Membre du groupe d’étude parlementaire sur les gens du voyage

Membre du comité de suivi de l’agence française de l’adoption et de la commission DETR de l’Essonne

Membre du groupe d’amitié parlementaire France-Brésil

Membre du groupe d’amitié parlementaire France-Portugal

Laëtitia Romeiro Dias

Députée de l'Essonne - Troisième Circonscription
  • Gris Facebook Icône
  • Gris Twitter Icon