Familles : plan d'actions pour aider les parents pendant le confinement

Le secrétaire d'État chargé de la protection de l'enfance, Adrien Taquet, en lien avec la Caisse Nationale d’Allocations Familiales (CNAF), a annoncé, mercredi 15 avril, un plan d’actions pour aider les parents pendant la période de confinement.

C'est une situation inédite de temps passé en famille, qui peut contribuer à renforcer le lien parents-enfants. Mais cette situation peut également exacerber les tensions familiales, de conflits ou mettre les parents en difficulté quant à leurs pratiques éducatives.

Quatre grands types de besoins des parents ont été identifiés par les acteurs de terrain, dont le réseau des caisses d’allocations familiales :

  • Un besoin d’information et de réassurance sur la pandémie de Covid-19 et la manière d’en parler aux enfants.

  • Un besoin d’idées, d’activités éducatives et ludiques pour occuper les enfants durant la journée, et notamment trouver une alternative aux écrans.

  • Un besoin d’appui en termes d’accompagnement à la scolarité.

  • Un besoin d’accompagnement, d’appui, d’écoute et de conseils en matière de soutien à la parentalité, pour prendre du recul sur ses pratiques, souffler et trouver les réponses pour faire autrement avec ses enfants.

Le Gouvernement annonce un plan d'actions regroupant les dispositifs et services à destination des parents.

1- "L'accueil de loisirs à la maison", mis en ligne par la CNAF sur le site monenfant.fr , avec des activités différentes chaque jour pour apprendre en famille tout en s’amusant. Ce centre de loisirs virtuel est adapté aux différentes tranches d’âges des enfants et à leurs besoins, y compris aux enfants en situation de handicap (activités manuelles, artistiques, musicales, scientifiques et techniques, jeux sportifs, recettes de cuisine, contes). Le « coin des parents » donne des conseils à l’intention des parents sur la gestion de l’actuelle période de confinement avec les enfants.

2- Un fonds exceptionnel de 500.000 euros est mobilisé pour soutenir les projets associatifs et initiatives d’envergure nationale à destination des parents. Pour pallier la fermeture des structures de soutien à la parentalité, les associations ont dû fortement s’adapter pour garder contact avec les familles.

- Trois types de besoins financiers :

  • Pour le fonctionnement des lignes téléphoniques existantes : recrutement de personnel supplémentaire, actions de coordination, formation et supervision, actions de communication sur ces lignes.

  • Pour s’équiper afin de travailler à distance : achats de logiciel (Zoom, Calaméo, DropBox).

  • Pour rédiger, imprimer, diffuser des supports de communication (édition de numéros spéciaux de magazines, édition de plaquettes ...)

3- De nouvelles initiatives et des offres de services plus accessibles pour les parents.

Les offres de services sont nombreuses : lignes d’écoute, création de groupes Whats’App pour maintenir le lien avec les parents, production de plateformes et de ressources en lignes, etc.

Pour centraliser l’ensemble de ces initiatives, plusieurs outils sont mobilisés :

  • Le numéro vert COVID-19, « 0800 130 000 », porté par le SIG, qui prévoit que ses écoutants puissent renvoyer sur des lignes d’écoute identifiées via un annuaire thématique. Exemples: Les Pâtes au Beurre (écoute et dialogue pour les parents), Enfant Présent (bien-être de l’enfant), SOS Parentalité (réassurance contre les inquiétudes) , Enfance et Covid (grossesse, naissance, école à la maison), Apprentis d’Auteuil (décrochage et mal-être chez les ados), Enfance et Partage (soutien aux parents de bébés), Psychologues Sans Frontières (entretiens psychologiques en français et en anglais) et E-Enfance (protection de l’enfance contre le cyberharcèlement). Le numéro porté par la Croix Rouge française disposera du même outil.

  • Le site référence monenfant.fr réunira l’ensemble des informations utiles pour les parents (annuaire des services d’écoute, fiches explicatives, conseils pratiques, etc).

4- Un soutien renforcé des CAF et de leurs partenaires aux familles en situation de fragilité.

  • Le soutien renforcé des CAF est coordonné localement avec les services des collectivités territoriales, notamment les services de protection maternelle et infantile et d’action sociale de proximité des conseils départementaux.

  • Ces contacts sont réalisés par les travailleurs sociaux des CAF, mais également avec des campagnes de SMS ou de courriels d’informations sur « l’accueil de loisirs à la maison » sur monenfant.fr, les numéros d’écoute existants, des messages de prévention, etc

5- Une fiche récapitulative dans chaque département à l’attention des parents.

  • S’appuyant sur la coordination locale entre les Préfets, les CAF et les Conseils départementaux, elle permettra de recenser les contact nationaux et locaux utiles : numéros d’urgences, plateformes téléphoniques, sites ressources.

  • Rédigée dans chaque département, elle sera mise en ligne sur les sites des CAF et les sites institutionnels d’information locale.

  • Les associations locales, les communes et intercommunalités sont des acteurs essentiels de cette démarche.




Fonctions à l'Assemblée Nationale

Membre de la commission des Affaires Sociales

Membre de la Délégation des Droits des Femmes et à l'égalité des chances entre les hommes et les femmes

Membre du groupe d’étude parlementaire sur l'Autisme

Membre du groupe d’étude parlementaire sur les Discriminations et LGBTQI-phobies dans le monde

Membre du groupe d’étude parlementaire sur les droits de l’enfant et protection de la jeunesse

Membre du groupe d’étude parlementaire sur les gens du voyage

Membre du comité de suivi de l’agence française de l’adoption et de la commission DETR de l’Essonne

Membre du groupe d’amitié parlementaire France-Brésil

Membre du groupe d’amitié parlementaire France-Portugal

Laëtitia Romeiro Dias

Députée de l'Essonne - Troisième Circonscription
  • Gris Facebook Icône
  • Gris Twitter Icon