Discours du Président de la République devant le Parlement constitué en Congrès

Mis à jour : 16 juil. 2018

En ce 9 juillet, le Président de la République s'est adressé devant le Parlement constitué en Congrés. Ce fut un discours, à la fois, volontariste et empreint d'humilité : « Je sais que je ne peux pas tout, je sais que je ne réussis pas tout. Mais mon devoir est d’essayer ». Il a rendu compte de cette première année de mandat et, dans la continuité des engagements que nous avons pris face aux Français, a fixé le cap pour que la France redevienne une puissance leader et solidaire.


Economie, sécurité, éducation, revalorisation du travail, formation, logement… Le bilan fait de cette première année d'action est celui des engagements tenus dans bien des domaines et d'une France plus sûre d'elle-même… Le pays fait, en effet, preuve d'une nouvelle attractivité. L'investissement est reparti. Des mesures ont été prises pour améliorer la rémunération du travail. Les blocages sur le marché de l'emploi ont été levés. La SNCF a été sauvée. Les finances publiques ont été rétablies. La France s'apprête à sortir de la procédure pour déficit excessif. L'école a retrouvé sa place garantissant, avec la fin du scandale du tirage au sort, un avenir plus juste à chacun. Notre arsenal juridique contre le terrorisme a été renforcé pour permettre de lever l'état d'urgence.


Le Président a expliqué être conscient qu'il puisse y avoir un décalage entre l’ampleur des réformes engagées et le ressenti immédiat rappelant une réalité simple : on ne peut partager un gâteau que s'il y a un gâteau. Ses priorités sont claires : une économie forte, une société, un système éducatif, un travail émancipateurs, un solidarité plus universelle et efficace...


Il a défendu un projet de société s'attaquant aux inégalités de destin dès la racine et la reconstruction d'un Etat-Providence et d'une République répondant aux enjeux du XXIème siècle :

• un droit au chômage, à la retraite plus universel, pour plus de liberté dans ses choix de carrière,

• une protection santé plus efficace sur nos territoires, un reste à charge zéro,

• une réforme de la procédure pénale pour que les forces de l'ordre puissent être plus présentes sur le terrain,

• un Service National Universel pour retisser "ce lien invisible qui fait la communauté de destin d’une nation",

• des dipositions pour ne plus laisser personne s’éloigner de la République sous des prétextes religieux...


Adaptation de notre modèle social et réaffirmation de notre modèle républicain. Les chantiers seront nombreux dans les mois et années à venir. Ma détermination, aux côtés du Président et, au quotidien à vos côtés, reste entière pour continuer de réformer et transformer notre pays, pour que notre modèle social et républicain répondent aux enjeux de notre temps et aux attentes de chacun, notamment en terme d'égalité des chances.





Fonctions à l'Assemblée Nationale

Membre de la commission des Affaires Sociales

Membre de la Délégation des Droits des Femmes et à l'égalité des chances entre les hommes et les femmes

Membre du groupe d’étude parlementaire sur l'Autisme

Membre du groupe d’étude parlementaire sur les Discriminations et LGBTQI-phobies dans le monde

Membre du groupe d’étude parlementaire sur les droits de l’enfant et protection de la jeunesse

Membre du groupe d’étude parlementaire sur les gens du voyage

Membre du comité de suivi de l’agence française de l’adoption et de la commission DETR de l’Essonne

Membre du groupe d’amitié parlementaire France-Brésil

Membre du groupe d’amitié parlementaire France-Portugal

Laëtitia Romeiro Dias

Députée de l'Essonne - Troisième Circonscription
  • Gris Facebook Icône
  • Gris Twitter Icon