Audition du Premier ministre par la mission d’information sur le Covid-19

Le Premier ministre et le ministre de la Santé ont répondu, mercredi 1er avril, aux questions des députés membres de la mission d'information de l'Assemblée nationale, sur l'impact, la gestion et les conséquences de l'épidémie coronavirus.


Le Premier ministre a rappelé en introduction que nous vivons une crise sanitaire sans précédent. Il est bien légitime et utile que le Gouvernement puisse être contrôlé par le Parlement. C’est le cœur de la démocratie.


Il a fait trois remarques préalables :

  1. Nous ne savons pas tout, face à des événements de la nature, au regard des recherches scientifiques actuelles. Nous pouvons expliquer nos contraintes et nos décisions. Dans les périodes de crises, ces décisions sont souvent prises sur des faits incomplets et contradictoires.

  2. Nous sommes dans un combat long, difficile, mais notre énergie est totale.

  3. Ce combat est mondial. Aucun système de santé au monde n’a été pensé et construit pour faire face à une vague de cette ampleur. De plus, tous les pays sont confrontés au même moment à la même vague, ce qui rend unique cette situation.

Il a ensuite insisté sur les messages nouveaux suivants :

  • Concernant le déconfinement, le Premier ministre a rappelé que la priorité restait la sécurité sanitaire des Français. Pour s'y préparer, le Gouvernement a demandé à plusieurs équipes de travailler sur des hypothèses tenant compte de différents facteurs, notamment la région de résidence, la politique de tests qui serait mise en place, la classe d'âge. Le Premier ministre a indiqué que la stratégie nationale serait présentée et discutée dans les semaines à venir et précisé qu’il était « probable que nous ne nous acheminons pas vers un déconfinement qui serait général, absolu, en une fois, partout et pour tout le monde ».

  • Concernant l’effort industriel, le Premier ministre a expliqué que"sans réquisitionner, sans nationaliser -l'exemple des masques le montre- on peut mobiliser le tissu productif national. » Le ministre de la Santé a rappelé que presque 110 millions de masques avaient été destockés depuis le début de l’épidémie et qu’un effort sans précédent de nos entreprises avait permis de produire 8 millions de masques cette semaine.


  • Sur les épreuves du baccalauréat, le Premier ministre a répondu qu’il « est désormais acquis qu'il ne sera pas possible d'organiser dans les conditions normales le bac 2020. (...) Plusieurs options sont sur la table » (...) qu'il annoncera avec le ministre de l'Éducation nationale dans quelques jours.

  • À propos du « tracking » numérique, s’il peut-être envisagé sur la base du volontariat pour identifier les personnes porteuses du Coronavirus, il n’est en aucun cas prévu de rendre un outil de ce type obligatoire : "nous n'avons pas aujourd'hui d'instrument légal et nous ne travaillons pas aujourd'hui sur des instruments qui rendraient obligatoire ce tracking."



Fonctions à l'Assemblée Nationale

Membre de la commission des Affaires Sociales

Membre de la Délégation des Droits des Femmes et à l'égalité des chances entre les hommes et les femmes

Membre du groupe d’étude parlementaire sur l'Autisme

Membre du groupe d’étude parlementaire sur les Discriminations et LGBTQI-phobies dans le monde

Membre du groupe d’étude parlementaire sur les droits de l’enfant et protection de la jeunesse

Membre du groupe d’étude parlementaire sur les gens du voyage

Membre du comité de suivi de l’agence française de l’adoption et de la commission DETR de l’Essonne

Membre du groupe d’amitié parlementaire France-Brésil

Membre du groupe d’amitié parlementaire France-Portugal

Laëtitia Romeiro Dias

Députée de l'Essonne - Troisième Circonscription
  • Gris Facebook Icône
  • Gris Twitter Icon