Aide sociale à l'enfance : résultats d'une enquête DRESS menée pendant le confinement

L’enquête DREES intitulée « Les établissements et services de l’aide sociale à l’enfance durant le confinement », conduite à la demande du secrétaire d’État Adrien Taquet, permet de dresser un premier bilan de la situation du secteur pendant la crise. Elle porte sur les trois premières semaines du confinement jusqu’au 5 avril et constitue donc un point d’étape.

  • L’enquête de la DRESS montre la forte mobilisation des professionnels en termes de temps de travail pour répondre à la situation de crise. Leur engagement a permis la continuité de l’accompagnement et de la scolarisation de la très grande majorité de jeunes et d’enfants protégés sur la période.

  • Une légère réduction des effectifs liée à l’absentéisme, rencontrée en début de confinement dans un nombre important des structures, a pu également être contenue : dès la semaine du 30 mars au 5 avril, près de trois établissements de l’ASE sur cinq ont bénéficié d’une réaffectation de personnel. Le ministre rappelle l’octroi par le Gouvernement, dès le 23 mars, de l’accès prioritaire à la garde d’enfants en école ou en crèche pour les professionnels de la protection de l’enfance.

  • L’appui des bénévoles et de la réserve sociale auprès d’un grand nombre d’établissements qui en avaient fait la demande a également été un atout considérable.

  • L'enquête souligne le faible taux d’enfants protégés (0,6 %) et de professionnels du secteur de la protection de l’enfance (3,5%) contaminés par le virus au 5 avril, période du pic de l’épidémie de COVID-19 dans notre pays.

  • Concernant la diminution des visites à domicile en particulier au début de la période de confinement (21% des services d’action éducative à domicile déclarent ne pas avoir pu maintenir ces visites), leur reprise dans l’ensemble des départements a été fixée comme prioritaire dès avant le 11 mai, notamment dans les courriers adressés par le secrétaire d’État à l’ensemble des présidents de conseils départementaux.

  • L’enquête montre également une hétérogénéité des situations locales, qui doit conduire à poursuivre le travail d’analyse de la situation afin de tirer tous les enseignements nécessaires. Adrien Taquet a saisi le Groupement d’Intérêt Public Enfance en Danger (GIPED), organisme responsable de l’Observatoire national de la Protection de l’Enfance (ONPE) afin d’obtenir dans les prochaines semaines un retour d’expérience complet sur le fonctionnement du système de protection de l’enfance durant la crise.

Le travail précieux de remontée d’informations et d’éclairages chiffrés sur la situation de crise effectué par la DREES souligne l’utilité et la nécessité de se doter d’outils de centralisation des données en protection de l’enfance afin de pouvoir apporter les réponses adaptées aux besoins fondamentaux des enfants, identiques quel que soit leur département de résidence.




Fonctions à l'Assemblée Nationale

Membre de la commission des Affaires Sociales

Membre de la Délégation des Droits des Femmes et à l'égalité des chances entre les hommes et les femmes

Membre du groupe d’étude parlementaire sur l'Autisme

Membre du groupe d’étude parlementaire sur les Discriminations et LGBTQI-phobies dans le monde

Membre du groupe d’étude parlementaire sur les droits de l’enfant et protection de la jeunesse

Membre du groupe d’étude parlementaire sur les gens du voyage

Membre du comité de suivi de l’agence française de l’adoption et de la commission DETR de l’Essonne

Membre du groupe d’amitié parlementaire France-Brésil

Membre du groupe d’amitié parlementaire France-Portugal

Laëtitia Romeiro Dias

Députée de l'Essonne - Troisième Circonscription
  • Gris Facebook Icône
  • Gris Twitter Icon